L’Invitation du Chapelain, le Témoignage de l’Organiste

L’Invitation du Chapelain

Dans la plupart des villages de France un édifice souvent très beau marque comme l’épicentre de la vie : l’église paroissiale. Ses richesses expriment simplement le désir d’une communauté de se retrouver ensemble pour prier dans un lieu où la beauté porte les cœurs vers le ciel. Beauté pour les yeux, mais aussi pour les oreilles, car celle-ci se pare bientôt d’un orgue capable de soutenir la prière des fidèles, de l’embellir.

C’est dans cet idéal que saint Jean-Marie Vianney concevait son église : « rien n’est trop beau pour Dieu » disait-il. Ainsi le saint curé fit acheter des parements somptueux de soieries et un magnifique tabernacle. Mais c’est aussi au travers des plus pauvres qu’il entendait retrouver la présence de son Seigneur et L’aimer en les honorant. Infatigablement il s’évertua à accueillir au sein de sa « providence » tous les enfants, spécialement les filles, laissées à l’abandon, leur dispensant le nécessaire pour vivre et l’instruction pour grandir, et ce jusqu’à épuisement complet.

Saurons-nous aujourd’hui relever de semblables défis ? La décision d’ériger un orgue, nous inscrit bien dans cette lignée de bâtisseurs qui ne cherchent pas à s’embourgeoiser douillettement mais au contraire à se libérer des pesanteurs de ce monde en servant la plus grande gloire de Dieu : mettre les moyens dont nous disposons sur cette terre au service de la louange du Seigneur ; nous arracher par la beauté d’un son vibrant et spirituel à notre apathie, pour remettre notre cœur dans le domaine du spirituel.

Père Régis Lecourt

Le Témoignage de l’OrganisteVitrail intérieur

« La liturgie est l’acte dans lequel nous croyons que le Seigneur entre et que nous Le touchons. Elle est l’acte dans lequel se produit le singulier : nous entrons en contact avec Lui – et nous sommes éclairés par Lui. » (Benoît XVI, Lumière du monde, 2010, p. 203-204.)

Le service que j’effectue en tant qu’organiste liturgique de la Chapelle exige une préparation précise des célébrations afin de servir au mieux la liturgie, cet écrin dans lequel Il se donne à nous.

À la Chapelle, le travail et le service se réalisent dans une grande attention, une fine écoute et une profonde délicatesse les uns avec les autres, et c’est une grande joie et un grand réconfort face aux responsabilités qui nous incombent.

C’est pour moi un bonheur, une grâce, que de travailler à la Chapelle, cherchant à nous laisser guider par Lui, vers Lui.

Emmanuel Berenz